Recrutement Emploi Travail Entretien Embauche
La pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs : focus sur le BTP

La pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs : focus sur le BTP

L’enquête annuelle de pôle emploi sur les besoins en main-d’œuvre publiée le 13 avril dernier, précise que 19,7% des employeurs (soit 524 900 employeurs potentiels) réaliseront au moins une embauche en 2010. Près de la moitié d’entre eux proposeront un CDI et 24 % des CDD de plus de 6 mois. 40% de ces recrutements programmés concerneront des créations de postes et 33% seront liés à un surcroît d’activité. En tout, il s’agit d’1,7 million d’embauches envisagées pour 2010. Cela ne suffira pas pour autant à endiguer le chômage en France. Dans cette situation, un paradoxe s’installe dans certains secteurs qui se trouvent en pénurie de main-d’œuvre. C’est le cas en l’occurrence du BTP.
Le secteur du bâtiment et des travaux publics illustre complètement ce paradoxe dont la France se passerait volontiers. D’un côté, Patrick Bernasconi, Président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) craint la perte de 60 000 postes entre 2010 et 2011 selon ses prévisions avec un retour à la croissance qui ne devrait pas être attendu avant 2011. Métiers BTP (l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications) étaye ses propos et démontre qu’après un boom d’embauches de 2000 à 2008 au rythme de 310 000 salariés par an, le BTP a depuis diminué son rythme à hauteur de 50 000 emplois annuels. Ces embauches sont « mécaniques » puisque liées aux départs à la retraite (environ 26000 salariés) et à la mobilité. Certaines sont toutefois attribuées à la création d’emplois en lien avec les métiers de la croissance verte.
D’un autre côté,  la branche multiplie les actions médiatiques pour valoriser le secteur et attirer à elle les jeunes, les femmes et les demandeurs d’emplois car elle se plaint d’une pénurie de main-d’œuvre sur certains métiers. C’est ainsi que Pro BTP info a créé un site en mars 2009 pour promouvoir les métiers du bâtiment et des travaux publics auprès des jeunes entre 13 et 16 ans.
Ce marché se caractérise aussi par l’existence de quatre grosses « Majors »  Vinci, Eiffage, Bouygues et SPIE qui centralisent une grosse partie des emplois, l’autre partie de ceux-ci étant répartis sur des petites PME, TPE et des artisans plus fragiles et vulnérables face à la crise.
Les secteurs du BTP les plus créateurs d’emplois :
Les créations d’emplois attendues sont plus fortes dans le second œuvre que dans le gros œuvre et plus particulièrement dans l’électricité, le génie climatique, la couverture et la plomberie.
Ce sont donc principalement ces deux secteurs qui seront porteurs du développement de l’emploi.
Dans les Travaux Publics, la profession s’est fixée pour objectif de recruter 150 000 personnes en 5 ans à tous les niveaux de l’ouvrier (constructeur en ouvrage d’art, canaliseur, constructeur de routes, maçons, VRD…) à l’ingénieur.
Comment expliquer la coexistence entre le chômage élevé en France et les difficultés que rencontrent les recruteurs de ces secteurs ? Pôle emploi met en avant certains éléments structurels comme le manque d’attractivité de certains métiers et des filières de formation.
La priorité de la branche est donc de recruter des jeunes diplômés du CAP au bac +6 et de favoriser l’insertion des jeunes. Pour cela, lors du dernier forum « 24 heures du bâtiment » qui s’est tenu en juin 2009, les pouvoirs publics ont signé avec 6 fondations du BTP un accord stratégique. Un montant de 5 millions d’euros a donc été alloué par l’Etat pour leurs projets d’insertion sociale et professionnelle des jeunes.
Nicolas Sarkozy a rappelé lors de ce forum les nombreux gros chantiers qu’il compte mettre en œuvre à partir de 2010 qui stimuleront l’emploi dans ce secteur comme par exemple 4 lignes de TGV dont les chantiers devraient démarrer cette année, le canal Seine Nord, l’amélioration des campus universitaires avec le plan « Campus »  (5 milliards d’euros) et le plan « hôpitaux 2012 » estimé à 12 milliards d’euros.
Le BTP est enfin, l’un des rares secteurs où les progressions de carrière sont rapides et où un simple ouvrier peut vite devenir entrepreneur.
Partagez avec nous vos impressions sur cette filière, êtes-vous tenté ou pas par une carrière dans le BTP ?

L’enquête annuelle de pôle emploi sur les besoins en main-d’œuvre publiée le 13 avril dernier, précise que 19,7% des employeurs (soit 524 900 employeurs potentiels) réaliseront au moins une embauche en 2010. Près de la moitié d’entre eux proposeront un CDI et 24 % des CDD de plus de 6 mois. 40% de ces recrutements programmés concerneront des créations de postes et 33% seront liés à un surcroît d’activité. En tout, il s’agit d’1,7 million d’embauches envisagées pour 2010. Cela ne suffira certes pas à endiguer le chômage en France. Dans cette situation, un paradoxe s’installe dans certains secteurs qui se trouvent en pénurie de main-d’œuvre. C’est le cas du BTP.

Le secteur du bâtiment et des travaux publics illustre parfaitement ce paradoxe dont la France se passerait volontiers. D’un côté, Patrick Bernasconi, Président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) craint la perte de 60 000 postes entre 2010 et 2011 selon ses prévisions avec un retour à la croissance qui ne devrait pas être attendu avant 2011. Métiers BTP (l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications) étaye ses propos et démontre qu’après un boom d’embauches de 2000 à 2008 au rythme de 310 000 salariés par an, le BTP a depuis diminué son rythme à hauteur de 50 000 emplois annuels. Ces embauches sont « mécaniques » puisque liées aux départs à la retraite (environ 26000 salariés) et à la mobilité. Certaines sont toutefois attribuées à la création d’emplois en lien avec les métiers de la croissance verte.

D’un autre côté,  la branche multiplie les actions médiatiques pour valoriser le secteur et attirer à elle les jeunes, les femmes et les demandeurs d’emplois car elle se plaint d’une pénurie de main-d’œuvre sur certains métiers. C’est ainsi que Pro BTP info a créé un site en mars 2009 pour promouvoir les métiers du bâtiment et des travaux publics auprès des jeunes entre 13 et 16 ans.

Ce marché se caractérise aussi par l’existence de quatre grosses « Majors »  Vinci, Eiffage, Bouygues et SPIE qui centralisent une grosse partie des emplois, l’autre partie de ceux-ci étant répartis sur des petites PME, TPE et des artisans plus fragiles et vulnérables face à la crise.

Les secteurs du BTP les plus créateurs d’emplois :

Les créations d’emplois attendues sont plus fortes dans le second œuvre que dans le gros œuvre et plus particulièrement dans l’électricité, le génie climatique, la couverture et la plomberie.

Ce sont donc principalement ces deux secteurs qui seront porteurs du développement de l’emploi.

Dans les Travaux Publics, la profession s’est fixée pour objectif de recruter 150 000 personnes en 5 ans à tous les niveaux de l’ouvrier (constructeur en ouvrage d’art, canaliseur, constructeur de routes, maçons, VRD…) à l’ingénieur.

Comment expliquer la coexistence entre le chômage élevé en France et les difficultés que rencontrent les recruteurs de ces secteurs ? Pôle emploi met en avant certains éléments structurels comme le manque d’attractivité de certains métiers et des filières de formation.

La priorité de la branche est donc de recruter des jeunes diplômés du CAP au bac +6 et de favoriser l’insertion des jeunes. Pour cela, lors du dernier forum « 24 heures du bâtiment » qui s’est tenu en juin 2009, les pouvoirs publics ont signé avec 6 fondations du BTP un accord stratégique. Un montant de 5 millions d’euros a donc été alloué par l’Etat pour leurs projets d’insertion sociale et professionnelle des jeunes.

Nicolas Sarkozy a rappelé lors de ce forum les nombreux gros chantiers qu’il compte mettre en œuvre à partir de 2010 et qui devraient stimuler l’emploi dans ce secteur, comme par exemple 4 lignes de TGV dont les chantiers vont démarrer cette année, le canal Seine Nord, l’amélioration des campus universitaires avec le plan « Campus »  (5 milliards d’euros) et le plan « hôpitaux 2012 » estimé à 12 milliards d’euros.

Le BTP est enfin l’un des rares secteurs où les progressions de carrière sont rapides, et où un simple ouvrier peut vite devenir entrepreneur.

Partagez avec nous vos impressions sur cette filière ! Etes-vous tenté par une carrière dans le BTP ?

Laissez un commentaire