Recrutement Emploi Travail Entretien Embauche
Qu’attendre ou ne pas attendre de ses proches quand on cherche un job ?

Qu’attendre ou ne pas attendre de ses proches quand on cherche un job ?

Faire appel à son réseauLa solitude nous guette quand nous sommes au chômage. Pour ne pas lui donner prise, nous allons naturellement vers ceux que nous connaissons le mieux, c’est rassurant. Parfois notre entourage est solidaire, parfois il fait défaut. Savoir identifier nos attentes nous aide à savoir vers qui nous tourner et qui éviter.

  • Alors, où en es-tu de tes recherches ? Six mois déjà et tu n’as toujours rien trouvé ?
  • Je ne sais pas comment tu fais, moi à ta place…

Qui n’a jamais entendu dans la bouche d’un parent ou d’un ami ces mots où perce l’inquiétude, la leur, dont nous nous passerions volontiers car la nôtre nous suffit ? Mais quoi de plus naturel que d’avoir besoin d’aller vers ses proches dans une période de rupture ?

Être très entouré est important quand on est en recherche d’emploi, cela permet d’évacuer les émotions, le stress, et, grâce aux discussions avec ses proches, de prendre du recul. Mettre à contribution les proches pour nous épauler dans cette période est donc souhaitable. Dans l’idéal. Car le chômage est « un temps de deuil, révélateur d’une faille dans son environnement relationnel, si faille il y a, ou au contraire, de la solidité de son entourage », pointe Barbara Nativel, coach, fondatrice de Creative Energy et du réseau Nice To Meet You.

Fuir les relations toxiques

Vous vous entendez très bien avec votre cousine, elle connaît vos joies et vos peines. Pourtant, un malaise surgit parfois dans vos discussions avec elle, qui, sous prétexte qu’elle vous connaît par cœur, vous conseille, vous drive, parle de votre recherche à son entourage alors que vous ne lui avez rien demandé, n’écoute pas vraiment ce que vous dites. Déjà, petite, elle tenait à tout prix à diriger vos jeux. Les liens ont beau être forts, ils peuvent être toxiques. « Ce ne sont pas les gens qui sont toxiques mais les relations. On peut avoir autour de soi des personnes qu’on aime beaucoup et qui sont autoritaires, pessimistes, dont l’humour décape au point d’être agressif… Il faut savoir mettre de la distance entre vous et ceux et ce qui vous plombent », conseille la coach.

Pourquoi ne fais-tu pas… ? Tu aurais dû… Et tu as pensé à… ? Je te verrais bien dans… Toutes ces phrases nous infantilisent, nous affectent, touchent à l’estime de soi : on pense et on veut à notre place. Les croyances des personnes leur font voir notre problématique selon leur prisme, elles tuent l’écoute, déforment l’attention qu’on nous porte. Quand les gens n’écoutent pas, ils découragent énormément.

Identifier ses attentes

Aller vers les personnes qui vont nous faire du bien commence par déterminer quels sont nos besoins. « Il s’agit de savoir où on en est pour ne pas donner tout le pouvoir à l’autre. Ce qui compte dans les relations c’est de capter l’intention, chose qui peut être très difficile », pointe Barbara Nativel. Qu’est-ce qui se cache en effet derrière les boutades systématiques d’untel ? Une volonté de faire rire ou une pique potentiellement douloureuse ? Notez donc par écrit vos attentes : être rassuré ? se changer les idées ? être écouté ? relativiser ? etc. Tout ça, pas forcément à la fois ni avec les mêmes personnes. Il s’agit également de savoir formuler nos besoins, de savoir demander. Pas facile n’est-ce pas ? Cependant, attention à notre niveau d’attente, plus nous sommes dans l’émotion en effet, plus il est élevé. Or, l’autre n’est pas toujours à la hauteur de nos attentes et nous ne pouvons le changer. S’ensuit alors un sentiment de déception et de perte d’estime de soi.

Reconnaître les personnes ressources

Les personnes ressources ne sont pas forcément les plus proches de nous. C’est souvent dans notre deuxième ou troisième cercle de connaissances que nous les trouvons, à notre grande surprise. « Il s’agit de trouver en l’autre une ressource qui nous permet de tenir et d’avancer, d’obtenir ce dont nous avons besoin : un conseil pratique, du soutien, de l’amusement, du débat, etc. », explique Barbara Nativel. Si l’on ne choisit pas sa famille, on a tout pouvoir avec ses amis de choisir les bonnes personnes. « Le statut d’ami doit être interrogé régulièrement et a fortiori dans une période difficile où il y a nécessité de savoir qui est qui dans son environnement », conclut-elle.

Sophie Girardeau

4 Reponses à “Qu’attendre ou ne pas attendre de ses proches quand on cherche un job ?”

  1. Bonjour,

    Il est important dans une période de recherche d’emploi d’être soutenu et d’avoir confiance en soi. Etre épaulé par un lien proche un lien fort est une chose, mais il est important de comprendre que pour la recherche d’emploi ce sont les liens faibles ( nouvelles rencontres professionnelles ) qui vous apporteront le plus d’opportunités. Je vous explique tout cela en détaille dans mon blog sur l’Emploi 2.0 :
    http://www.emploi-2-0.com/article-la-force-des-reseaux-sociaux-vos-liens-faibles-92509777.html

    Cela n’empêche pas de savoir où se ressourcer et reprendre des forces dans son entourage.

    Cordialement,

    Bernard Martinez

  2. Chris says:

    Bon article, bravo ! Effectivement, attention, la famille n’est en général pas le meilleur conseil, car elle nous aime, donc s’inquiête. Et quelqu’un d’inquiet n’est en général pas objectif.
    Personnellement, j’ai appris à gérer une recherche d’emploi sans (trop) impliquer mes proches. Je leur en parle après. Et ça marche très bien pour moi !

  3. Article complet et très intéressant ! merci pour ces informations très importantes !

  4. job emploi says:

    Bonjour,

    L’article est très intéressent, qui traduit une réalité tout simplement. je vous remercie pour ce partage.

Trackbacks/Pingbacks


Laissez un commentaire

BeKnown