Recrutement Emploi Travail Entretien Embauche
Quelles perspectives de carrière pour les seniors du secteur IT ?

Quelles perspectives de carrière pour les seniors du secteur IT ?

Embauchés en masse à leur sortie d’école, les ingénieurs des métiers Informatique et Télécoms sont généralement peu enclins, de par leur formation, à réfléchir à leur projet professionnel. Quelles sont leurs perspectives de carrière après 45 ans ? C’est la question que pose Nouvelle Carrière, qui, dans un Livre Blanc intitulé ‘des Carrières pour les seniors de l’informatique et des Télécom’, donne des axes de réflexion et d’action. Le Blog pour l’emploi dévoile en avant première ses grandes lignes.

Les ingénieurs des métiers Informatique et Télécoms (IT), tels que les administrateurs réseaux, système, sécurité, présentent des profils de carrière particuliers. « Embauchés en masse à leur sortie d’école, notamment par les SSII, peu enclins de par leur formation à réfléchir à leur projet professionnel, ils peuvent être exposés à partir de 45 ans au risque d’obsolescence de leurs compétences technologiques », observe Vincent Giolito, fondateur de Nouvelle Carrière, qui propose des solutions pour la mobilité professionnelle. De plus, ils sont plus naturellement portés vers l’expertise que par le management et cela s’explique notamment par le fait que leurs employeurs valorisent mieux la première.

Par ailleurs, le calendrier crée l’urgence. Depuis 2010 en effet, le plan d’actions seniors, qui prévoit l’entretien de seconde partie de carrière, la formation et l’embauche des seniors, oblige les entreprises à accorder une attention particulière à cette classe d’âge. D’une durée maximale de trois ans, il doit donc être actualisé d’ici fin 2012. Dans ce cadre, Nouvelle Carrière a réuni plusieurs experts pour jeter les bases d’une réflexion sur cette problématique dans un Livre Blanc qui paraîtra fin juin. Donner plus de perspectives aux seniors des IT passe ainsi, non seulement par la formation et l’embauche de ces profils, mais encore par leur accompagnement dans l’élaboration de la deuxième partie de leur carrière et d’une réflexion sur leur éventuelle reconversion professionnelle.

Un bon collaborateur est un collaborateur formé

Avant 45 ans, après 45 ans… pas de bon collaborateur qui ne soit formé régulièrement. C’est le point sur lequel insiste Marie-Pierre Fleury, fondatrice d’id-carrières, dans sa contribution au Livre Blanc “Senior IT”. Les entreprises doivent en être conscientes et inciter leurs collaborateurs à se former, aux technologies et au management, dans sa dimension humaine et technologique afin de développer  entre autres le travail collaboratif.

L’accompagnement de deuxième partie de carrière

Une entreprise gagne à accompagner ses collaborateurs dans l’élaboration de leur deuxième partie de carrière. « C’est le rôle des RH que de les amener à revisiter leur projet professionnel, en tenant compte de leurs souhaits ainsi que des opportunités de l’entreprise. Mais le salarié est aussi responsable de son évolution et doit donc se demander où va l’entreprise et de quels talents elle a besoin », souligne Vincent Giolito en insistant sur l’importance, à mi carrière, du dialogue entre l’entreprise et son collaborateur.

Quand la réflexion mène à la reconversion

Se questionner sur son projet professionnel aboutit parfois à des désirs de reconversion. À 45 ans ? Oui, c’est possible. Pourquoi pas à l’intérieur de son entreprise ? On s’évite ainsi les tracas d’une séparation et on tire le meilleur de ce que l’entreprise connaît de son salarié. Et vice et versa. Sylvaine Pascual, coach et fondatrice d’Ithaque Coaching, développe ce point dans le Livre Blanc à venir.

Et si on embauchait d’anciens collaborateurs ?

C’est la question que pose Vincent Rostaing, autre contributeur du Livre Blanc et fondateur du cabinet Le Cairn 4 IT. En s’appuyant sur la notion d’Employee Life Cycle (cycle de vie des salariés), approche de management qui promeut une gestion de la carrière des collaborateurs avant et après leur arrivée dans l’entreprise, l’entreprise peut envisager le recrutement des seniors sous l’angle du retour de collaborateurs ayant quitté l’entreprise.

Sophie Girardeau

Accédez à toutes les offres d’emploi Informatique et Télécom actuellement disponibles dans votre région

4 Reponses à “Quelles perspectives de carrière pour les seniors du secteur IT ?”

  1. Fabrice says:

    J’aimerais bien recevoir ce livre blanc dès sa parution.

    J’ai été obligé de faire un DEUG de sciences économiques et un BRS Informatique car la MIAGE n’existait pas encore. Ce fut payant.

    Par la suite, j’ai été formé au management et à l’anglais professionnel chez Procter & Gamble Pharmaceutical.

    Ensuite, pour faire face à une période de non-emploi, j’ai préparé et obtenu le diplôme de chef de projet informatique au CESI, major de promo et meilleure note attribuée au plan national pour ce diplôme, dixit le Directeur Général du CESI qui avait fait le déplacement à Lyon exprès pour ma soutenance.

    J’ai toujours fait du management et je suis bien armé pour mettre en place des structures qui vont fonctionner en délégant certaines responsabilités pour ne jamais supporter tout le poids d’une grosse équipe. Refuser de déléguer, c’est s’exposer à une équipe ingérable.

    Une réunion de plus de 7 personnes n’est pas une réunion productive.

    Curieusement, je ne recherche plus d’emploi en région lyonnaise, les entreprises sont trop petites, les missions ne sont pas en rapport avec mes compétences, mes diplômes et mon expérience.

    Montrez-moi que je me trompe ;)

    Fab

  2. Bonjour,
    Le livre blanc Seniors IT sera diffusé à partir de demain.

    Adressez seulement un email avec “Seniors IT” dans la ligne d’objet, à l’adresse: contact@nouvellecarriere.com et nous aurons le plaisir de vous envoyer le PDF.

  3. fred says:

    Bonjour,

    Je me permets de citer une des phrases de l’article : “De plus, ils sont plus naturellement portés vers l’expertise que par le management et cela s’explique notamment par le fait que leurs employeurs valorisent mieux la première.”

    La seconde partie de la proposition est très rarement vraie, dans la plupart des sociétés l’informaticien est vu comme une marchandise interchangeable, remplaçable sans aucun problème par un plus jeune moins expérimenté et surtout moins cher. Les compétences et connaissances techniques acquises tout au long de la carrière ne sont pas reconnues, les entreprises ne valorisent quasiment pas l’expertise.

    Ceci a malheureusement pour effet de rendre fausse également la première partie de votre proposition : les seniors préfèrent migrer vers des postes moins techniques, tournés vers le management plutôt que de persévérer dans un poste d’expertise parce leur carrière (lire “leur salaire”) ne progressera pas.

    Combien de fois ai-je entendu dire “si tu codes encore à 30 ans, c’est qu’il y a un problème”…

  4. Nathalie says:

    Bonjour,
    L’emploi des séniors est un vrai problème. Vous parlez du secteur de l’IT mais il y a beaucoup d’autres activités dans lesquelles passé un certain age il est difficile d’évoluer (vente, restauration etc…). L’entretien de deuxième partie de carrière c’est une bonne chose, ça permet de se poser les bonnes questions, mais on est encore loin de pouvoir changer les mentalités et les préjugés à ce sujet.

Trackbacks/Pingbacks


Laissez un commentaire